Ulcère à l’estomac, la lait de chamelle une solution ?

LA RECHERCHE AVANCE ET NOUS Y SOMMES PRESQUE !

RÉSULTAT DES TESTS SUR L’EFFET DU LAIT DE CHAMELLE SUR LES RATS PORTEURS D’ULCÈRES

Une étude de toxicité aiguë effectuée jusqu’à une dose de 10 ml / kg de lait de chamelle et d’urine n’a montré aucun signe de toxicité et de mortalité chez les rats, indiquant que la posologie actuelle de 5 ml / kg peut être administrée aux rats en toute sécurité. Dans le modèle HCl / EtOH, l’administration orale de cimétidine (100 mg / kg), d’urine de chameau (5 ml / kg) et de lait de chamelle (5 ml / kg) a significativement (P <0,05) inhibé les lésions gastriques par 83,7, 60,5 et 100%, respectivement. Dans le modèle induit par le WRS, la cimétidine et l’urine de chameau ont montré une inhibition de l’ulcère de 100% tandis que le lait de chamelle a montré une inhibition de 50%. De même, dans le modèle d’ulcère induit par l’indométacine, la cimétidine, le lait de chamelle et l’urine ont montré une inhibition de l’ulcère de 100, 33,3 et 66,7%, respectivement. De plus, le lait de chamelle et l’urine ont également montré un effet cicatrisant significatif (P <0,05) de 100% dans le modèle d’ulcère induit par l’indométacine, sans ulcère observé par rapport à celui de la cimétidine, qui offre un effet cicatrisant de 60,5%.

Conclusion: L’activité antiulcéreuse du lait de chamelle et de l’urine peut être attribuée à son mécanisme cytoprotecteur et à ses propriétés antioxydantes.

Source: US NATIONAL LIBRARY OF MEDECINE nlm.nih.gov