LDC en Ouzbékistan

LDC en Ouzbékistan

Le lait de chamelle en Ouzbékistan

 

“Je suis tombé amoureux des chameaux parce que mon père s’est remis de leur lait” – un voyage dans une ferme de chameaux dans les steppes du centre de Fergana

La coutume d’élever des animaux s’est formée dans notre peuple depuis l’Antiquité, et cela se fait avec amour et soin. Il n’y a pas une seule maison dans les villages où il n’y aurait pas de bétail. Au moins, ils élèvent des poulets. S’occuper des animaux est une source de revenu supplémentaire pour la famille.

Cette fois, notre histoire portera sur les activités agricoles d’Asrorzhon Khikmatov, qui s’est engagé dans l’élevage de chameaux depuis plusieurs années dans les steppes du centre de Fergana dans le district de Rishtan de la région de Fergana.

Nous avons visité la ferme pour nous familiariser avec les particularités de l’élevage de chameaux, avec le travail quotidien des ouvriers agricoles.

Nous avons appris que les chamelles sont traites 3 fois par jour : au lever du soleil, à midi et le soir. Nous voulions vraiment regarder le processus de la traite du matin, alors nous sommes partis pour Rishtan, dès que l’aube s’est levée.

Les ouvriers agricoles nous ont chaleureusement accueillis et nous ont emmenés aux chameaux. Nous devions parcourir une distance considérable de l’habitation des ouvriers à l’étable des chameaux.

Les ouvriers agricoles ont soigneusement lavé le pis du chameau et ont commencé à traire des deux côtés. A cette époque, les chameaux mangeaient aussi du lait.

« Il y a plusieurs années, mon père est tombé malade, il est resté alité pendant longtemps. Sur les conseils des gens, j’ai commencé à lui donner du lait de chamelle et il s’est rétabli. Puis je suis tombé amoureux des chameaux. Le père boit toujours ce lait. Abu Ali ibn Sina dans son ouvrage “Les Canons de la Médecine” s’est attardé sur les propriétés curatives du lait de chamelle, qui contient trois fois plus de vitamines que le lait de vache. Les paroles d’Avicenne se sont avérées vraies. J’étais convaincu que le lait de chamelle guérissait de nombreuses maladies par l’exemple de mon père », explique Asrorjon Hikmatov, président de la ferme Roshidon nasldor tuyalari.

Nous n’avons pas eu le temps de regarder en arrière lorsque les ouvriers ont trait 4 chameaux et les ont emmenés dans des pâturages sans fin. Les chameaux recevaient du foin. Nous avons suivi les chameaux marchant lentement vers les fourrés d’épine de chameau…

« En 2013, j’ai ramené le premier chameau de la région de Kungrad au Karakalpakstan. J’aime les chameaux plus que les autres animaux. Je ne peux pas imaginer ma vie sans eux. Depuis 2013, je suis avec eux, jour et nuit. Au total, j’ai 31 têtes, dont 27 femmes et 4 hommes », a déclaré Asrorzhon Hikmatov.

Selon les ouvriers, la veille de notre arrivée, un chameau nommé Komila avait un bébé chameau. Fait intéressant, chaque chameau a son propre nom et ils y répondent.

« Les gens viennent chez nous pour le lait curatif des régions, du Kirghizistan, du Tadjikistan, parfois de Russie. Ils amènent des patients atteints de diabète sucré et de maladies du foie. Fondamentalement, le lait de chamelle nettoie le sang. Nous prévoyons de conclure un accord avec le Turkménistan et de porter à l’avenir le nombre de chameaux à 100. Un litre de lait de chamelle coûte désormais 35 000 soums. Fondamentalement, il est acheté à des fins médicinales. Nous donnons gratuitement du lait aux patients gravement malades dans le besoin », explique le président de la ferme.

Comme dans chaque domaine, il a aussi ses propres caractéristiques. Au cours de la journée passée à la ferme, nous avons acquis la conviction que l’élevage des chameaux est très intéressant.

« En fait, un chameau peut donner jusqu’à 10 litres de lait par jour. Mais nos chameaux donnent 2 litres chacun. Parce que nous ne leur donnons pas de nourriture supplémentaire. Les chameaux se nourrissent d’épines de chameau dans le pâturage. S’ils sont nourris en plus, ils auront plus de lait, mais ses propriétés curatives seront perdues. Contrairement aux autres animaux, les chameaux sont très intelligents. Mais ils ont besoin de nourriture, comme pour cinq vaches. En gros, ils sont insatiables », sourit Asrorjon Hikmatov.

Selon lui, les chameaux fournissent non seulement du lait, mais aussi de la laine, très appréciée : « 1 kg de laine de chameau coûte 50 dollars. Ils en font des oreillers, des couvertures, des vêtements. À l’avenir, nous avons l’intention de commencer à exporter de la laine. »

Asrorjon Hikmatov nous a dit que si un chameau donne naissance à un chameau blanc, alors c’est de vraies vacances, car les chameaux blancs sont considérés comme uniques et naissent extrêmement rarement.

« J’ai aussi un chameau blanc. Ces chameaux sont très chers. C’est très précieux pour moi, donc je ne l’ai pas vendu même pour 50 mille dollars.

Tout vient de Dieu. J’ai 9 ouvriers, je leur paie leurs salaires, je subviens aux besoins de 9 familles », a-t-il déclaré.

Alors notre journée à la ferme aux chameaux est terminée, il est temps de revenir. Nous avons souhaité à l’agriculteur du succès dans son travail, et que son amour pour les animaux ne s’efface pas…

Sarvar Ziyaev, correspondant de Kun.uz,
opérateur – Jahongir Aliboev

traduction : Anastasia Tkacheva,
Diane Sultanova

Source :kun.uz