Composition du LDC

Composition du LDC

Composition du lait de chamelle

Le lait de chamelle ou lait de dromadaire est le lait produit par les femelles camélidés pour nourrir leurs petits.

Le lait de ces animaux, domestiqués et exploités par les humains, fait aussi partie du régime alimentaire des bédouins, bergers et autres tribus nomades. Les éleveurs peuvent ainsi survivre jusqu’à un mois uniquement à l’aide de ce breuvage lorsqu’ils parcourent de longues distances dans le désert pour y amener paître leurs troupeaux. L’élevage des chamelles et des dromadaires constitue en outre une alternative viable à la production laitière traditionnelle dans certaines régions arides du globe où l’agriculture bovine tend à consommer de grandes quantités d’eau et d’électricité destinées à alimenter les salles climatisées ainsi que les complexes de refroidissement propres aux systèmes de gicleurs.

Composition

Le lait de chamelle contient un fort pourcentage de protéines à potentiel antimicrobien élevé, protéines ne se trouvant qu’en quantités moindres dans le lait de vache.

Le lait de chamelle recèle suffisamment de nutriments essentiels pour pourvoir aux besoins alimentaires quotidien d’une personne. Dans de nombreux pays, le lait de chamelle est d’ailleurs donné aux bébés souffrant de malnutrition.

Par rapport à la vache, au buffle et la brebis, le lait de chamelle contient moins d’acides gras à chaîne courte, mais autant d’acides gras à longue chaîne. Certains chercheurs affirment que la valeur du lait de chamelle réside dans les concentrations élevées d’acide linoléique sous forme d’acides gras polyinsaturés essentiels à l’équilibre nutritionnel.

Le lait de chamelle possède également une haute teneur en vitamine C et sels minéraux agissant sur la teneur en immunoglobuline. La composition du lait de chamelle dépend de son alimentation et varie selon l’espèce. Par exemple, le lait de chamelle bactrienne possède une teneur en matières grasses supérieure au lait de dromadaire.

Un compte rendu de Z. Farah, R. Rettenmaier et D. Atkins publié en 1992 dans le Journal international de vitaminologie et de nutrition révèle que « la teneur en vitamine C, vitamine B2, vitamines liposolubles E et vitamine A, analysée à partir d’échantillons de lait de chamelle prélevés à deux reprises sur 20 dromadaires (Camelus dromedarius), fait état d’un niveau moindre en vitamine A et B2 par rapport au lait de vache alors que la teneur en vitamine E en est peu ou prou équivalente. En revanche, la contenance en vitamine C est en moyenne trois fois supérieure à celle du lait de vache ».

Comparé au lait de vache, le lait de chamelle est faible en lactose. Cependant, les niveaux de potassium, magnésium, fer, cuivre, manganèse, sodium et zinc y sont plus élevés que dans le lait de vache.

Le taux de cholestérol du lait de chamelle est inférieur à celui du lait de vache ou de chèvre.

Le lait de chamelle contient trois fois plus de vitamine C et dix fois plus de fer que le lait de vache.

Riche en acides gras insaturés et en vitamines B, sa quantité de vitamine A et B2 est toutefois inférieure à celle du lait de vache.

Le lait de chamelle contient plus de protéines et moins de matières grasses que le lait de vache, sauf le lait issu de la chamelle de Bactriane dont le taux de corps gras est plus élevé.

Production laitière

Le lait de chamelle est une composante du régime alimentaire de nombreuses populations, mais sa production, commercialisée par des coopératives laitières, relève encore d’une industrie en pleine expansion.

Rendement

Les chamelles pakistanaises et afghanes ont les rendements de lait les plus élevés, jusqu’à 30 litres par jour. La chamelle de Bactriane produit quotidiennement 5 litres tandis que le rendement d’un dromadaire est de 20 litres en moyenne par jour.

Vente

Le lait de chamelle est en vente libre dans les supermarchés des Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Mauritanie, Pakistan, Algérie, Mongolie…

Source : wikiwand.com