blank

LAIT DE CHAMELLE

COMPLÉMENT ALIMENTAIRE ET COSMÈTIQUE

livraison lait de chamelle camel milk camel-ideepartout dans le monde
Maurizio Dioli

Maurizio Dioli

Maurizio Dioli spécialiste reconnu mondialement des camélidés

Maurizio Dioli Somalie

A commencé à travailler avec des chameaux dans le nord du Kenya en 1981, puis dans toute l’Afrique orientale, au Moyen-Orient et plus tard au Kazakhstan.

 

Vétérinaire avec une maîtrise en santé animale sauvage (Institute of Zoology-RVC, UK) et un doctorat (RVC, UK).

Le Dr Dioli déclare souvent que toute son expertise en matière de chameaux a été acquise simplement par contact direct avec d’innombrables nomades.

Un spécialiste reconnu

Sa longue expérience fait de lui l’un des plus grands spécialistes des chameaux du vieux monde au monde.

Il est très régulièrement impliqué dans des formations / ateliers et l’élaboration de manuels spécifiques sur ces espèces.


Il est fréquemment invité à des conférences sur les camélidés et a écrit un livre et de nombreuses publications scientifiques (disponibles gratuitement) qui sont utilisées par les États et les professionnels des camélidés du monde entier.

Il a également découvert 10 nouvelles espèces végétales et 1 ectoparasite de reptile.

Deux nouveaux organismes portent son nom: Aloe diolii et Geckobiella diolii (anciennement Hirstiella diolii)

Soas Dioli 2015

Conférence su l’histoire des chameaux en Italie

Dioli-2020-Pastoralism2

Étude sur les chameaux en Turquie et au Kazakhstan

Maurizio Dioli et Franck Smits

Maurizio Dioli avec Frank Smits,

La rencontre de deux experts des camélidés

Maurizio Dioli chez Franck Smits

Maurizio Dioli en compagnie de chameaux qui n’ont plus de secrets pour lui.

Christina Adams

Christina Adams

Christina Adams Autisme et lait de chamelle

 

TÉMOIGNAGE DE CHRISTINA ADAMS SUR L’AUTISME ET LE LAIT DE CHAMELLE

« Mon fils adolescent avale sa tasse de lait au-dessus de l’évier, puis soupire, « j’ai fini », d’une voix grave qui me surprend toujours.

Quand mon fils était en bas âge, il a été diagnostiqué autiste. C’est la même vieille histoire – un enfant qui se porte bien, un locuteur exceptionnellement précoce à 9 mois, souriant, attaché et observateur. Vers 15-18 mois, il a changé, devenant hyperactif, une nuit inoubliable. Il a perdu son langage, développé des joues rouges flamboyantes, ignoré ses animaux en peluche et joué avec l’eau des canalisations. Il m’a mordu jusqu’à ce que je sois couvert d’ecchymoses bleues. Je ne savais pas ce qui n’allait pas et les médecins ont dit qu’il allait bien, jusqu’à ce qu’un enseignant préscolaire me dise: « Il est autiste. » C’était vrai.

Nous avons suivi 40 heures de thérapie par semaine et traité son système immunitaire endommagé avec un régime alimentaire et des médicaments. Malgré mes pires craintes, tout a fonctionné. À cinq ans, il a réussi un test de préparation à la maternelle. Il jouait avec les autres enfants, suivait des cours réguliers et se disputait comme tous les enfants. Je pensais que le pire était passé. Mais ce n’était pas le cas.

À neuf ans, il a développé des ruptures soudaines du comportement. Des symptômes de l’autisme ont fait leur apparition: vertiges extrêmes, des sauts d’excitations en regardant des dessins animés (Bob l’éponge était le pire) et un manque total d’attention. Pire encore, s’élançant pour marcher sur un grand mur ou se suspendre à des balustrades à deux étages, apparemment sourd à mes mots. Une fois, il s’est allongé face visible sur un trottoir, utilisant un trottoir de rue très fréquenté comme oreiller. Parfois, il était provocant, un mini adolescent. C’était mon garçon adoré – que se passait-il? Divorcée, j’étais maintenant une mère célibataire et je me demandais comment le garder en vie.

Deux ans plus tôt en 2005, alors qu’il avait sept ans, j’avais rencontré un homme avec un chameau, vendant du savon qu’il fabriquait à partir de lait de chamelle lors d’une foire aux livres pour enfants. L’homme m’a dit qu’il avait entendu dire que le lait de chamelle était non allergène et donné aux bébés prématurés du Moyen-Orient. Comme j’essayais toujours de renforcer le système immunitaire de mon fils , je pensais que le lait de chamelle pourrait redémarrer sa fonction immunitaire et être un bon substitut laitier aussi. Ce jour-là, j’ai parcouru Internet, mais je n’ai trouvé que quelques articles étranges sur la fabrication du fromage et la cicatrisation des blessures. Quelques mois plus tard, j’ai trouvé un nouveau rapport d’un vétérinaire israélien sur le lait de chamelle aidant un enfant autiste. Et je savais que mon instinct avait raison.

Fin 2006, un ami pakistanais m’a apporté du lait d’Israël, mais les douanes de l’aéroport de JFK lui ont interdit l’entrée. Heureusement, il a obtenu un numéro de téléphone qui m’a conduit à un scientifique israélien respecté. Nous avons discuté sur Skype, moi partageant des informations sur l’autisme, lui parlant du lait de chamelle. J’ai appris que c’était une ancienne substance curative que les gens pouvaient vivre pendant des mois. Bien qu’aucun de nous ne sache ce qui se passerait si mon fils le buvait, nous pensions que était sûr. J’ai donc obtenu une lettre du médecin et j’ai acheté du lait cru de nomades du désert en Israël.

En 2007, face à ces troubles du comportement, je lui ai donné une demi-tasse de lait de chamelle au coucher. Le lendemain matin, son discours et son aspect physique n’avaient jamais été aussi bien. À la table du petit déjeuner, il a stupéfié mon fiancé et moi avec un langage nouvellement mature, des expressions aimantes et des conversations complexes. «Tu sais, maman, je t’aime vraiment. Vous faites tellement pour moi », a-t-il dit. Il a mangé son petit déjeuner proprement, a bu sans renverser, puis a mis ses propres chaussures et son sac à dos et a dit qu’il était temps pour aller à l’école . Le troisième jour, il traversait des parkings et des rues sans que je doive le retenir. Et ses pannes? Elles se sont rapidement arrêtées.

Ses tics ont disparus, même les bosses blanches sur ses joues ont aussi disparu. Ses résultats scolaires se sont améliorés. Les longs vols pour apporter du lait d’Israël étaient chers, tout comme le lait. Mais c’était vraiment efficace.

J’ai rendu public notre histoire en 2012. Puis j’ai publié un article de revue médicale dans Global Advances in Health and Medicine en 2013. Maintenant, je parle à des médecins, des familles, des agriculteurs et des scientifiques du monde entier.Source:christinaadamsauthor.com »

Les pionniers du lait

Les pionniers du lait

Les pionniers du lait de Chamelle Franck Smits

blank

Pendant sa formation d’ingénieur agronome Frank Smits a acheté trois chamelles gestantes. Il les a groupées près de sa chambre d’étudiant à Hertogenbosch, dans le cadre de ses études. Et d’aprés des données  de la FAO affirmant que le lait de chamelle est un des laits les plus sains.

Les premiers animaux de Frank Smits sont venus des îles Canaries.

Les premiers chamelons ont vu le jour en 2007. Frank Smits a acheté une ferme laitière existante et rénové, puis a construit une nouvelle chamellerie. 

Un restaurant a été créé en 2014.

L’obtention de permis pour le commerce du lait de chamelle n’a pas été facile.

« Les chameaux n’étaient pas classés comme animaux de ferme aux Pays-Bas », explique-t-il.

« Nous avons donc dû demander une exception aux services vétérinaires d’État.

LE SEUL PRODUCTEUR DE LAIT DE CHAMELLE EUROPÉEN

Lorsque Frank Smits a 26 ans, est devenu le premier éleveur de chameaux commercial d’Europe. Son père, Marcel, neurologue à l’hôpital Gelderse Vallei d’Ede, a décidé de l’aider  en recrutant ses collègues médecins pour examiner les prétendus avantages pour la santé du lait de chamelle que  produit  son fils.

« Nous avons également trouvé des preuves que les diabétiques se sentent mieux lorsqu’ils boivent régulièrement du lait de chamelle« .

Dr Marcel Smits Neurologue.

Trois ans plus tard, le Dr Smits a suscité suffisamment d’intérêt et de crédibilité à ses recherches pour obtenir un financement de l’autorité sanitaire locale et de l’université de Wageningen toute proche.

« Je pense que le lait de chamelle  a le potentiel de devenir un nouvel aliment diététique en Europe. Mais je préfère un aliment diététique lorsqu’il est prouvé scientifiquement », a-t-il déclaré. « Et c’est ce que nous essayons de faire.

« Par exemple, nous avons fait une étude avec des patients diabétiques, impliquant de leur donner un demi-litre de lait de vache ou de chamelle ici à l’hôpital. En commençant tôt le matin et en surveillant leur glycémie toutes les 30 minutes pendant trois heures. »

Les patients n’ont pas été informés s’ils avaient bu du lait de vache ou de chamelle, a déclaré le Dr Smits. Ajoutant que les résultats complets des tests seraient disponibles au début de l’année prochaine.

« Entre-temps, nous commençons une étude plus vaste, d’une durée de trois mois, avec jusqu’à 200 patients diabétiques. Nous ne commanderions pas une telle étude si les résultats de la première recherche n’avaient pas été encourageants », a déclaré le Dr Smits.

« Nous avons également trouvé des preuves que les diabétiques se sentent mieux lorsqu’ils boivent régulièrement du lait de chamelle, que leur qualité de vie semble s’améliorer.

« Je ne sais pas si c’est seulement l’influence sur le diabète ou si ce sont aussi d’autres aspects du lait de chamelle qui améliorent le bien-être. Et c’est aussi une des choses que nous examinons. »

 

À suivre….

blank
blank
Les pionniers du lait

Les pionniers du lait

Les pionniers du lait de chamelle Prof. Dr. Reuven Yagil

blank

Physiologiste. – Vétérinaire. – Spécialiste des camélidés. – Professeur, Department of physiology, Division of basic sciences, Faculty of health sciences, Ben-Gurion university of the Negev, Beersheva, Israël (1974-2006). – Consultant à la FAO (en 1982)

Le professeur Yagil est vétérinaire de formation, mais a passé toute sa vie professionnelle en tant que professeur titulaire à l’Université Ben Gourion de l’école de médecine et d’infirmières du Néguev.

Le professeur Yagil a commencé à étudier les chameaux pour en apprendre davantage sur leurs mécanismes de survie et, sur la base de ses conclusions, s’est tourné vers une recherche approfondie sur le lait de chamelle. Il a écrit un livre sur le lait de chamelle pour la FAO et a écrit 2 autres livres.

De plus, ses recherches sont apparues dans de nombreux chapitres de livres et plus de 100 articles scientifiques. Il a été le premier titulaire de la Chaire Slome de l’Université Ben-Gurion pour « Elevage d’animaux pour augmenter la disponibilité alimentaire dans les terres arides ». Ce projet a ensuite été choisi comme l’un des « 200 projets dans le monde » lors de l’EXPO 2000 à Hanovre.

Le professeur Yagil a reçu un prix pour son travail de pionnier sur les chameaux lors d’une conférence internationale à Bikaner, en Inde, en 2007.

Le Dr Reuven Yagil, professeur émérite de physiologie à l’Université Ben Gourion du Néguev, a consacré sa vie professionnelle à la promotion des produits à base de lait de chamelle.

En 2000, Dr Reuven Yagi a commencé une ferme expérimentale de chameaux dans le désert israélien où il a développé des techniques pour obtenir régulièrement plus de 10 litres de lait (2,6 gallons) par jour et par chameau.

Bien que cette quantité soit inférieure à la production moyenne de lait de vache, sa réussite représente une amélioration significative par rapport aux 5 litres par jour typiques d’un chameau à la main.

Le Dr Reuven Yagil envisage sa ferme comme un modèle pour la production locale élargie de lait de chamelle. « Je sais qu’en commercialisant des produits de chameau fabriqués dans le tiers monde, les bénéfices peuvent être utilisés pour sauver des enfants affamés », a écrit Yagil dans une récente conversation par e-mail.

La capacité des chameaux à prospérer dans les climats désertiques sévères est la clé de leur potentiel. «Ce sont les mêmes environnements où la faim, la pauvreté et l’analphabétisme sévissent», a-t-il noté.

Le Dr Reuven Yagil, professeur émérite de physiologie à l’Université Ben Gourion du Néguev, a consacré sa vie professionnelle à la promotion des produits à base de lait de chamelle.

En 2000, Dr Reuven Yagi a commencé une ferme expérimentale de chameaux dans le désert israélien où il a développé des techniques pour obtenir régulièrement plus de 10 litres de lait (2,6 gallons) par jour et par chameau.

Bien que cette quantité soit inférieure à la production moyenne de lait de vache, sa réussite représente une amélioration significative par rapport aux 5 litres par jour typiques d’un chameau à la main.

Le Dr Reuven Yagil envisage sa ferme comme un modèle pour la production locale élargie de lait de chamelle. « Je sais qu’en commercialisant des produits de chameau fabriqués dans le tiers monde, les bénéfices peuvent être utilisés pour sauver des enfants affamés », a écrit Yagil dans une récente conversation par e-mail.

La capacité des chameaux à prospérer dans les climats désertiques sévères est la clé de leur potentiel. «Ce sont les mêmes environnements où la faim, la pauvreté et l’analphabétisme sévissent», a-t-il noté.

blank
blank
Les pionniers du lait

Les pionniers du lait

Dr Gaukhar Konuspayeva

blank

Professeur à la faculté de biologie de l’Université nationale kazakhe Al Farabi (KazNU, Almaty, Kazakhstan).

Elle a obtenu son diplôme universitaire en 2002 à KazNU (Kazakhstan).

Elle a obtenu son doctorat à l’Université Montpellier-II (France) en 2007 sur les sciences de l’alimentation.

Le titre de la thèse est «Variabilité physico-chimique et biochimique du lait des grands camélidés (Camelus bactrianus, Camelus dromedarius et hybrides) au Kazakhstan».

Elle a participé à de nombreuses conférences et ateliers sur le chameau (Turkménistan, Inde, Niger, Emirats, Sénégal, Bolivie, Maroc, Oman…) et organisé la quatrième conférence ISOCARD à Almaty (Kazakhstan) en 2015.

De 2010 à 2015, elle a été experte camélidés pour la FAO au centre camelin à Al-Jouf et Al-Kharj (Arabie saoudite) où elle a développé des recherches sur la transformation du lait de chamelle, en particulier le fromage de chamelle.

Elle a ensuite travaillé comme consultante pour la FAO au Maroc, en Mauritanie et au Kazakhstan pour des projets de lait de chamelle et pour l’Union Laitière au Kazakhstan.

Elle a également réalisé des expertises pour des entreprises privées (Tunisie, Algérie) dans la transformation laitière de chamelle.

Elle est l’auteur de plus de 180 articles scientifiques principalement consacrés au lait de chamelle et aux produits laitiers.

Elle est membre du Comité national pour la science au Kazakhstan.

blank
blank
blank
blank

Les pionniers du lait

Les pionniers du lait

Dr Bernard faye

blank

 Bernard Faye est vétérinaire et pastoraliste.

Il est anciennement directeur de recherches au CIRAD (Centre de coopération internationale de recherche agronomique en développement) à Montpellier et parcourt les continents depuis une quarantaine d’années pour étudier les liens entre production et santé dans les systèmes d’élevage.

Au cours de ces missions, il a pu partager la vie de nombreux bergers et gardiens de troupeaux dans le monde.

Bernard Faye est originaire du Forez, il a étudié à Lyon à l’école vétérinaire, puis à Paris à l’institut d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux (IEMVT).

Il a résidé durant huit ans en Ethiopie et au Niger comme chercheur puis a travaillé treize ans à l’INRA, à Clermont-Ferrand-Theix, avant de rejoindre le CIRAD à Montpellier et de repartir 5 années en Arabie Saoudite pour la FAO avant de prendre sa retraite et de s’installer comme expert indépendant. Il a publié plusieurs ouvrages scientifiques et trois romans, La Princesse de Bactriane, 2008, éditions Société des Ecrivains, l’Or de Salomon (Ed. Thelès, 2009) et Beldum (Ed. Spinelle, 2018) ainsi que deux beaux livres: « Bergers du Monde » (Co-Ed. E&C et QUAE, 2008) et « Peuples du lait » (Ed. Quae, 2010).

Un des plus grands experts en camélidés au monde !

En 1996, il est détaché au CIRAD (Centre de Coopération International en Recherche agronomique pour le développement) comme chef du programme Productions animales. Depuis, il accumule les missions de recherche dans de nombreux pays (à ce jour, près de 85 pays visités). Il a commencé à s’intéresser aux grands camélidés en Ethiopie dès 1975, étudiant le métabolisme des minéraux dans cette espèce.

Peu à peu, par de multiples programmes de recherche en coopération (Maroc, Niger, Djibouti, Soudan, Algérie, Emirats Arabes Unis, Inde, Turkménistan, Kazakhstan, Mongolie, Oman…), il s’est constitué un réseau international de chercheurs en camélologie, ce qui l’amène logiquement à fonder et à prendre la direction de la Société internationale de Recherche et développement sur les camélidés (ISOCARD) qui organise des conférences triennales.

ISOCARD FACEBOOK

Source: www.ffcamels.com

Il est chevalier du mérite agricole et lauréat de l’Académie vétérinaire de France, professeur honoraire de l’Université de Gansu (Chine). Pendant 5 ans (2010-2015) en Arabie Saoudite comme consultant FAO dans un centre de recherches dévoué au dromadaire, il a géré une ferme laitière expérimentale d’une centaine de dromadaires. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques en écopathologie et sur les camélidés et de plusieurs centaines d’articles scientifiques sur les camélidés. Il a publié également un essai, deux beaux livres et trois romans.

Source: www.ffcamels.com

blank
blank

Les Pionniers du lait

Les Pionniers du lait

Les Pionniers du lait de chamelle 1:

Dr Abdul Raziq Kakar

blank

« L’intérêt pour le chameau est naturel pour le Dr. Abdul Raziq Kakar.

Après avoir obtenu son diplôme en élevage, son intérêt pour les chameaux s’est encore accru.

Le Dr. Abdul Raziq Kakar est tombé amoureux du chameau lorsque sa maladie (arthrite infectieuse) a été corrigée par la consommation de lait de chamelle.

Le Dr. Abdul Raziq Kakar voulait explorer le chameau et son lait qui ont conduit à un P.hD. sur différents aspects du chameau, en particulier le lait.

Le Dr. Abdul Raziq Kakar a travaillé comme chercheur pendant plus de 10 ans, a aussi travaillé à l’université et partagé ses protocoles sur les chameaux avec ses étudiants.

En 2014, Le Dr. Abdul Raziq Kakar rejoint une des plus grande ferme de chameaux productrice de lait au monde ou il travaille toujours.

Le Dr. Abdul Raziq Kakar est également consultant dans le monde entier.

« Dans les zones arides lointaines et étendues du monde, les ressources génétiques locales / indigènes jouent un rôle central dans le maintien des moyens de subsistance dans les environnements difficiles depuis des temps inconnus. Pour moi, le chameau est l’un des meilleurs choix parmi les meilleures ressources génétiques.
À l’origine domestiqué pour la production alimentaire, en particulier le lait, le chameau a ensuite été utilisé à d’autres fins et le lait est devenu le produit secondaire.
Bonne nouvelle, ce chameau revient à sa tâche d’origine, le lait.
Le chameau n’est plus l’animal du vieux monde, mais un animal qui peut être utilisé pour lutter contre la désertification croissante et pour nourrir des millions de personnes vivant dans ces régions.
Il a été démontré que les chameaux peuvent fournir 15 à 20 litres de lait par jour pendant une période de lactation pouvant aller
jusqu’à 18 mois, ce qui en fait un très bon animal de ferme. »

Dr. Abdul Raziq Kakar

blank
blank
« La demande de lait de chamelle est en constante augmentation parmi les consommateurs non traditionnels, principalement pour des raisons de santé.
Le lait de chamelle est riche en certaines molécules qui sont prometteuses pour la santé, par conséquent, le lait de chamelle est reconnue comme de la médecine naturelle.
De nouvelles laiteries de chameaux font leur apparition et les entreprises déjà établies augmentent leur nombre de chameaux et achètent des génétiques de chameaux d’élite pour le lait.
Il existe des concours de lait de chamelle très importants dans différentes parties des Émirats arabes unis à différentes périodes.
Le festival des chameaux d’Alwathba dont le concours du lait en fait partie. « 

Dr. Abdul Raziq Kakar

Lire plus sur le blog du Dr. Abdul Raziq Kakar ici