logo camel-idee lait de chamelle camel milk 250

LAIT DE CHAMELLE

COMPLÉMENT ALIMENTAIRE ET COSMÈTIQUE

livraison lait de chamelle camel milk camel-ideepartout dans le monde
De «  nouvelles  »

De «  nouvelles  »

De «  nouvelles  » bactéries lactiques peuvent rendre le lait de chamelle africain sûr

Un projet de recherche dirigé par l’Université technique du Danemark, DTU, a mis au point la formule d’une culture de démarrage lyophilisée que les éleveurs de lait de chamelle africains peuvent utiliser pour fabriquer des produits laitiers fermentés sûrs.

La majorité des chameaux se trouvent en Afrique de l’Est, la chamelle un animal laitier commun. Le lait de chamelle représente plus de 9% de la production totale de lait de l’Afrique. Les agriculteurs, qui traient les animaux, vendent une grande partie du lait sous forme de produit fermenté sur les marchés locaux ou sur les étals en bordure de route.

Le processus de fermentation se produit spontanément car les agriculteurs ne disposent pas d’installations de refroidissement. Étant donné que le niveau d’hygiène est souvent médiocre, le lait contient aussi souvent des micro-organismes pathogènes tels que E. coli et salmonelle, qui ont la possibilité de se multiplier dans le lait tiède.

Les «nouvelles» bactéries fermentent le lait et augmentent la sécurité

Dans un projet de recherche, des chercheurs de l’Institut national de l’alimentation de l’Université technique du Danemark ont ​​réussi à trouver un moyen de rendre le lait plus sûr. La recherche a été menée en partenariat avec l’Université de Copenhague, le producteur d’ingrédients alimentaires Chr. Université Hansen et Haramaya en Éthiopie. Il a été en partie financé par le programme de coopération au développement du Danemark, DANIDA.

Les chercheurs ont isolé de nouvelles souches de bactéries lactiques du lait de chamelle cru, qui peuvent être utilisées dans une culture de démarrage qui acidifie le lait et tue même de très grandes quantités de divers micro-organismes pathogènes dans le lait. À la connaissance des chercheurs, c’est la première fois que des recherches montrent que ces bactéries peuvent être utilisées pour rendre les produits du lait de chamelle plus sûrs à consommer.

Course de relais de recherche

Les recherches du projet de cinq ans ont été menées en partie avec l’aide d’un certain nombre d’étudiants de l’Université technique du Danemark et de l’Université Haramaya, qui, au fil du temps, ont passé le relais. Au total, dix étudiants de l’Institut national de l’alimentation ont passé un semestre en Éthiopie, dont trois bacheliers en ingénierie en sécurité et qualité des aliments, qui ont trouvé la formule d’une culture de démarrage lyophilisée et de qualité contrôlée basée sur les bactéries.

Les expériences du trio ont montré que cinq litres de lait peuvent produire suffisamment de culture de départ pour produire un demi-million de litres de lait de chamelle fermenté et sans danger. Cependant, les chercheurs responsables du projet sur le lait de chamelle recommandent aux agriculteurs de traiter le lait à la chaleur pour réduire autant que possible la quantité de micro-organismes pathogènes dans le lait avant d’ajouter la culture de départ.

Les trois étudiants – Line Kongeskov Frimann, Laura Pontoppidan et Louise Marie Matzen – ont trouvé que c’était un défi passionnant et stimulant de mener un projet d’ingénierie pertinent dans le cadre d’une coopération entre deux universités si différentes.

Les maladies d’origine alimentaire tuent plus souvent en Afrique

Des pays comme le Danemark ont ​​un système de santé efficace qui peut rapidement aider les personnes qui ont la malchance de tomber malades à cause de ce qu’elles mangent ou boivent. Cependant, en Afrique, le système de santé est moins robuste. Une maladie d’origine alimentaire qui provoque des diarrhées et des vomissements peut rapidement déshydrater un patient, et sans accès aux soins médicaux, la maladie peut être mortelle.

Des chercheurs africains estiment que l’intoxication alimentaire tue chaque année 137 000 personnes sur le continent. Pour l’Université Haramaya, le projet est un élément important dans le travail de l’université pour développer des solutions durables et accroître la sécurité alimentaire en Éthiopie.

Source: www.sciencedaily.com